À propos de moi

Je suis Roland Céleste YAO, venu dans ce monde en 1982 en Côte-D’ivoire. Bien qu’ayant grandi dans une famille « chrétienne », j’avais une vie spirituelle dissoute dans le monde. Timide et assez renfermé à l’origine, je m’étais fixé comme objectif à l’aube de mes 17 ans de toucher à tout dans cette vie. Pourquoi? Parce que le diable avait réussi à me communiquer une frustration constante : tu vois, tu ne profites pas de la vie. Tu prends les choses trop simplement. Tu vois tout ce qui est dans ce monde, tout est à toi me soufflait-il à l’oreille régulièrement. Très rapidement, mon entourage m’a vu changer du tout au tout. A force de vouloir me prouver à moi-même et surtout aux autres que j’étais « invincible », c’était la vie sans frein. Je vous épargne les détails, mais je crois que plusieurs se reconnaitrons.

Mais durant ces années à galérer dans le vice et la mort, j’étais profondément triste. Plus je m’enfonçais, et plus j’étais triste. Mes résultats scolaires me décevaient, j’avais perdu la confiance de ceux qui m’aimaient vraiment (la famille et les proches). Pourtant, je ne pouvais plus m’arrêter… J’étais lié par plusieurs addictions. Et pour sortir de là, il me fallait une force spirituelle. Cette force avec laquelle j’avais flirté dans ma tendre enfance, celle qui me faisait culpabiliser à chaque fois que j’enfonçais un clou dans le mal. Celle qui faisait de moi un enfant observateur à l’intelligence vive qui était la fierté de ses parents. Cette époque me manquait. J’essayais par mes propres forces de retrouver l’innocence de mes jeunes années mais c’était peine perdue.

Et un jour de 2003, déscolarisé et complètement au fond, cette force est revenue quand j’ai fait cette prière : « mon Créateur, tu vois ce que je suis devenu. Je n’ai jamais pensé en arriver là mais je sais que c’est la conséquence de mes choix. Si tu prends les devants dans ma vie, je sais que je vais m’en sortir. Je veux à nouveau être fier de moi et que mes parents le soient aussi ». La marche chrétienne a vraiment commencé là. Par des opportunités incroyables, une lucidité dans mes choix et cette joie quotidienne qui m’avait longtemps manquée. Ensuite la rencontre avec des personnes qui sont d’une aide spirituelle pour moi (Pasteur Codjo et Pasteur Kodibo) qui m’ont aidé à voir pus loin que le bien-être matériel. Dieu offre le bien-être terrestre mais cela ne constitue pas le meilleur de son bon trésor. Le vrai trésor, ce après quoi nous courons nuit et jour, c’est le Ciel. Je suis sauvé parce que Jésus est mon Seigneur et mon Sauveur : je l’ai accepté dans ma vie, je suis à l’écoute de ses directives dans le moindre de mes actes et je crois en ses promesses qui se concrétisent tous les jours dans ma vie.

Cette marche chrétienne, elle n’est pas aisée. Surtout pas dans ce monde où le péché est progressivement érigé en loi. Dans cette marche, une chose est indispensable pour ne pas flancher : être entouré de frères et sœurs qui manifestent l’amour fraternel. Plus récemment, mon Seigneur m’a fait la grâce d’en rencontrer : DJAHA Thomas et son épouse, KOUACOU Othniel et MEBA Fidèle avec qui chaque jour, nous ravivons la flamme pour tenir jusqu’à la fin. Plus récemment, comme pour confirmer sa Parole qui dit « je ne vous abandonnerais point, je ne vous délaisserai point », il a mis sur mon chemin une femme formidable, pleine d’amour et très sympathique. Grâce à sa disponibilité, mon Seigneur m’a donné de mener une vie chrétienne plus stable et dans laquelle je suis constamment porté vers l’avant; ma sœur Aimée, je te porte dans mon cœur.